Publié le

Le petit cadenas qui change les choses

Nous avons mis en place le chiffrement SSL sur l’ensemble du site LesPortesSombres.fr, ce qui veut dire que l’ensemble du site est sécurisé, les informations qui transitent entre le site et votre ordinateur/smartphone sont maintenant cryptées. Vous devriez voir dans la barre d’adresse de votre navigateur le petit logo du cadenas fermé :

Cela a deux conséquences :

1- Le renforcement de la sécurité de vos données, dans le cas improbable d’un hacker russo-croate qui souhaiterait savoir quel livre vous avez commandé…

2- La mise en place du paiement par carte bleue qui manquait à notre site. Nous utilisons la plateforme Stripe qui vous permet d’utiliser votre carte Mastercard, Visa, ou American Express. Désormais vous verrez donc un choix de plus sur la page de commande :

Pour les personnes inquiètes, sachez que les informations de votre carte ne transitent pas par notre site mais sont traitées directement par Stripe.com.

3- Pour les possesseurs d’Iphone ou d’Ipad dernières générations, le site accepte également l’Apple pay

Plus d’excuses pour ne pas valider votre commande 😉

 

Publié le

Dans la bibliothèque de…Kévin

Nous terminons notre plongée estivale dans les bibliothèques de l’occulte avec Kévin, le fondateur d’Esoshare. Comme d’habitude vous pouvez venir en discuter sur la page facebook de la librairie. Je tiens encore une fois à remercier Steeve, Baptiste, Madeleine, Julien et Kévin de s’être prêté à cet exercice. Si vous êtes peu à avoir réagi je sais que vous êtes nombreux à avoir lu et je pense que vous aurez apprécié le voyage autant que moi.

 

– Kévin, depuis quand vous intéressez vous aux livres anciens et occultes ?

Lorsque j’avais 13 ans, je ne supportais pas les livres, cela m’ennuyait et ça se résumait aux livres que l’on nous oblige à lire au collège… Fils d’un Directeur de centre de vacances, j’ai depuis tout petit, fait des colonies de vacances, puis à 13 ans, lors d’une colo, un animateur avec qui je discutais de lecture, de science-fiction, de dystopie, m’a offert son livre “Le Meilleur des Mondes” d’Aldous Huxley. Ce fut pour moi une révélation, lisant l’ouvrage deux fois dans la nuit avec une lampe torche pour pas réveiller les amis qui dormaient… Depuis ce jour je suis un amoureux des livres.

Pourquoi et depuis quand les livres anciens et occultes ? En fait, j’aime le passé d’un ouvrage, me dire qu’il a traversé les âges, que beaucoup l’ont lu avant moi. Mes Parents m’ont élevé dans la liberté de culte et de choix. J’ai toujours eu la possibilité de m’intéresser à tout, ce sont mes parents qui m’ont payé mes premiers livres “occultes” avant que je travaille et que je puisse m’acheter les miens. Je les en remercie !

Aujourd’hui j’ai 27 ans et depuis mes 13 ans je collationne, réunis, découvre des ouvrages. Je suis également un bibliophile de Papus (Gérard Encausse), je possède bon nombre de manuscrits et d’ouvrages. Je m’attelle depuis un an à l’écriture d’une bibliographie comprenant ses ouvrages de son vivant jusqu’à aujourd’hui, les rééditions, les manuscrits, les articles écrits dans les différentes revues, les articles de presse signés de son nom, les articles de presse où il est cité, les conférences qu’il donna, etc.

Manuscrit Dactylographié de Papus

– Vous êtes le créateur d’Esoshare, pouvez-vous nous en parler ?

Oui avec plaisir, inscrit sur Facebook depuis 2011, j’ai commencé à rejoindre des groupes qui discutaient ésotérisme et je voyais beaucoup de gens parler de créer un groupe ou un site pour regrouper les ouvrages ésotériques (Libres de droits et non libres de droits). un mois, deux mois, six mois, un an plus tard toujours rien de fait…

J’étais membre d’un groupe nommé Esotériland, je partageais dedans des ouvrages (Libres de droits), j’en partageais tellement qu’un ami m’a dit : “Ce n’est plus Esotériland ici c’est devenu Esoshare”.

BIMMMM le déclic !

Du coup je me suis lancé, j’ai créé un groupe sur Facebook appelé Esoshare le 6 Janvier 2013, au début nous étions une dizaine de membres à nous partager des ouvrages, aujourd’hui nous avons 5324 membres pour 6675 fichiers disponibles sur le groupe.  Nous avons vraiment le désir de partager des livres anciens et LIBRES DE DROITS j’insiste là-dessus car nous respectons vraiment les droits d’auteurs. Esoshare aujourd’hui, ce sont 3 administrateurs, Marie Isabelle, qui depuis le début s’occupe, entre autres, de la mise à jour, Florie ma compagne et moi-même qui postons des ouvrages régulièrement.

Esoshare c’est :

Un groupe facebook où nous partageons les ouvrages que nous trouvons,

Une page de présentation d’un auteur ou d’une revue,

Une page d’Archives avec des documents exceptionnels (manuscrits)

Et enfin une page Instagram où je partage régulièrement des gravures d’ouvrages que nous possédons.

Aujourd’hui un petit frère d’Esoshare a été créé par Florie, il s’agit d’un blog intitulé l’Esothentique, où nous partageons des articles du passé et où nous écrivons les nôtres :

https://lesothentique.wordpress.com/

Ce groupe m’a permis (malgré moi) de me faire connaître et de rencontrer des personnes exceptionnelles ! Ma compagne pour le premier exemple avec qui je partage ma vie depuis 4 ans et avec qui nous avons un magnifique fils.

Esoshare m’a également permis de rencontrer des auteurs, conférenciers, éditeurs, dont je possédais les ouvrages et qui sont aujourd’hui des amis. J’ai pu également échanger avec Jean Prieur qui fut pour moi un homme de partage et qui a soutenu Esoshare du début à la fin, je l’en remercie ! (“Je vous donne ma bénédiction pour cette excellente initiative. Je suis absolument pour. C’est très bien ce que vous faîtes avec votre équipe et le monde en a bien besoin. Bon courage”)

J’ai également la chance d’être en contact avec les familles de certains auteurs tels que Jollivet Castelot, Sophronius (Dr Fugairon), Eliphas Lévi, Marc Haven, etc.

– Au milieu de tous ces ebooks que partage Esoshare, y a-t-il une place pour la bibliophilie ? L’objet livre reste-t-il important malgré tout ? (et donc aussi le libraire qui les vend 😉 )

Les Ebooks sont pour moi un complément de la bibliophilie, beaucoup d’ouvrages que je possède en “physique” je les ai eus d’abord en virtuel. Je trouve que cela amène plusieurs bonnes choses. Les Ebooks me permettent de découvrir l’ouvrage avant de l’acheter et d’être déçu ou pas, mais ils m’ont aussi permis de lire des ouvrages que je n’aurais jamais eue les moyens de me payer.

Esoshare a été créé afin de pouvoir offrir à tous la possibilité de lire des vieux ouvrages qui ne sont malheureusement pas à la portée de tous les budgets. Nous avons aussi un autre rêve c’est de sauver, en scannant les vieux ouvrages, le patrimoine livresque ésotérique. Tellement d’ouvrages finissent poussiéreux dans des collections privées qui ne seront jamais partagés pour personne.

Je ne peux décrire le bonheur et le plaisir de lire un livre ancien, le toucher, l’odeur de l’ancien (ça fait bizarre un peu là ? non ? pas grave), parfois même je tombe sur des ouvrages non rognés et découpés. Le livre physique aura toujours ma faveur mais je pense que numérique et réel sont complémentaires afin de protéger le savoir.

J’ai beaucoup de libraire dans mes contacts et j’achète régulièrement chez eux, vous pouvez vous rassurer 😉

– Pouvez-vous nous en dire plus sur le contenu de votre bibliothèque ?

Cela va des revues anciennes telles que La Vie Mystérieuse, L’initiation (il me manque une vingtaine de numéros pour avoir la collection complète), Le Voile d’Isis, La Gnose, Psychic Magazine, Le Chariot, Hiram, La Rose + Croix, Psyché, Bulletin Théosophique, Le Lotus Rouge (Revue où Stanislas de Guaita et Papus se rencontrèrent et où ils signèrent leurs premiers articles), le Lotus Bleu etc. aux ouvrages anciens de Papus, Durville, Jollivet Castelot, Sedir, Albert Poisson, Barlet, Collin de Plancy, Berthelot, Stanislas de Guaita, Oswald Wirth, Marc Haven, et bien d’autres.

Carnet de note de Jollivet-Castelot

– Est-ce que votre passion pour l’occulte déborde le domaine des livres ? (objets, voyages, films…?)

J’aime me balader en France et ailleurs pour découvrir les lieux historiques dans l’ésotérisme. J’aime tout ce qui touche au sujet oui, mais je ne me focalise pas que là-dessus.

– Nos domaines de collection alimentent souvent les fantasmes, quelle est la réaction des gens à qui vous présentez votre bibliothèque ou votre passion ? Des anecdotes ?

Pour ma part cela ne me pose aucun problème je pense qu’à partir du moment où cela est assumé et que l’on est heureux dans ce que l’on fait et ce que l’on partage, les gens ne sont pas “choqué”.

Il y a surtout beaucoup de fantasmes autour de ce qui est “caché” tel que la Franc-maçonnerie ou autre “sociétés secrètes”. Pour ma part je ne suis membre de rien, je ne suis que moi-même, je m’intéresse bien évidemment à ces sujets là mais pour l’instant je n’éprouve pas le besoin d’y entrer.

Ma famille a toujours accepté et ne m’a jamais rien dit sur ces sujets, et aujourd’hui 95% de mes amis sont dans le domaine, seul mon meilleur ami est bien loin de tout ça !

– Quel rapport entretenez-vous avec la pensée magique ?

La pensée magique…. hummm c’est un bien grand mot, disons que malgré mon intérêt pour l’occulte, je reste quelqu’un de très terre à terre… je pense qu’il y a des choses que l’on explique pas autour de nous mais que tout s’expliquera un jour ou l’autre.

Je rejoins beaucoup cette citation du Pr DONATO :

“Tous les jours je reçois à la Vie Mystérieuse des centaines de lettres de lecteurs qui me disent :

Je ne sais plus que devenir. Rien ne me réussit, je suis poursuivi par le malheur avec une opiniâtreté tenace. Que faut-il faire ? Suis-je envoûté ? Est-il des procédés magiques qui me permettront de sortir de l’ornière où je me débats ? 

A ces lecteurs je réponds :

Oui, vous êtes envoûté ; vous êtes envoûté par la paresse d’esprit, par le découragement, par la lassitude de la vie, par le manque d’initiative et de confiance en vous. Et les procédés magiques qui doivent vous guérir, sont la VOLONTÉ, L’ESPÉRANCE et la FOI en vous. RELEVEZ VOUS, marchez en avant, sautez les obstacles, sans vous occuper de ce que vous pouvez casser, liens fragiles d’amitié, convenances sociales parfois stupides, qu’en dira-t-on de petites villes ; allez où vous conduisent vos préférences, vos goûts parfois, opposés à la profession que vous exercez, et vous serez étonnés de voir la vie se transformer pour vous, et la veine se produire par vos efforts, car il est éternellement vrai le proverbe qui dit que Dieu aide ceux qui s’aident.”

– Est-ce que votre bibliothèque a changé votre regard sur le monde ?

Clairement oui ! il y a des livres qui m’ont aidé, qui m’ont “soutenu” dans des moments difficiles. Mais ce qui m’a beaucoup aidé et apporté également c’est mon pèlerinage vers St Jacques de Compostelle au départ de Paris, deux mois et demi de marche, avec quand même un ou deux ouvrages dans le sac dont mon livre préféré dont je vais parler à la question suivante.

– S’il ne devait n’en rester qu’un ?

Le Destin Ou Les Fils D’Hermès de François Jollivet Castelot

​Je n’ai jamais fait de présentation d’ouvrage ou de ressentis sur ce que j’en retiens, je vais essayer quand même !

Grand lecteur de Jollivet Castelot de par mon intérêt pour l’alchimie, j’ai obtenu cet ouvrage en cadeau d’un ami tout aussi passionné que moi ! Merci Edmond.

Ouvrage épais, plus de six cent pages, il ne faut pas avoir peur. De plus, mon exemplaire est l’édition originale de 1920 ! Donc un peu vieille et abîmée, mais sublime lecture !  Cet ouvrage est un roman ésotérique que je qualifierais d’initiatique, FJC (François Jollivet Castelot) nous raconte son évolution spirituelle avec les années; Du moins c’est ce que je pense. Le livre étant un “roman” et le héros s’appelant Gaston de Lambert ce n’est pas la vie de FJC, mais en lisant entre les lignes et avec un peu de connaissance de l’homme je pense à une autobiographie sous forme de roman.

On y lit donc la vie de Gaston de Lambert, avec ses coups de gueule, sa jeunesse, ses joies, ses souffrances, et comment il fut élevé dans une famille catholique et comment il perdit la foi pour s’en créer une nouvelle, sa foi, sa croyance, on y lit justement son amour pour la vie, la nature, la science, les découvertes…

On le voit découvrir la nature, l’aimer, l’apprendre, et son amour pour elle ainsi que pour la science va l’éloigner de la foi catholique ! Le chemin de Gaston croise celui de Papus, Stanisla de Guaita et d’autre ! Le livre, d’ailleurs, est dédié par FJC à Guaita, Papus et St Yves d’Alveydre avec ces mots:

“A la mémoire des trois mages : Stanisla de Guaita, Saint Yves d’Alveydre, Papus”

Leur Frères d’Armes

F.J.C.

Gaston nous parle aussi des années de la première guerre mondiale ! Bref un livre qui m’a pas mal remué, m’a appris, m’a mis les larmes aux yeux, et que je conseille à tous de lire comme un guide d’initiation à la découverte, à l’amour, bref à la vie. Je cite une petite présentation trouvée sur le net :

“Quand l’humanité ne comptera que des philosophes et des justes de la trempe de Gaston de Lambert, elle aura gravi un échelon qui l’éloignera de l’animalité”

– Et si votre bibliothèque avait un nom ?

Esoshare 😉

– Un dernier mot pour la fin ?

J’aimerais finir l’interview par un bout de manuscrit de Papus que je possède :

Publié le

Dans la bibliothèque de…Julien

Nous reprenons la série estivale d’entretiens avec les bibliophiles de l’occulte. Cette semaine c’est Julien qui nous présente Ouroboros, sa bibliothèque ésotérique.

Comme d’habitude vous pouvez venir en discuter sur la page facebook de la librairie

Julien, depuis quand vous intéressez vous aux livres anciens et occultes ?

Je m’intéresse aux livres depuis enfant, l’ancien m’a toujours fasciné. Mon intérêt pour l’occulte a toujours été latent, via le questionnement sur la possibilité ou non d’une forme de vie après la mort. Cette question m’a toujours semblée plus essentielle que toutes les autres. Selon qu’il y ait quelque chose ou non, je suis convaincu que chacun de nous aurait un impact décisif dans la façon de mener son existence.

Mon intérêt pour l’occulte s’inscrit dans le cadre de cette grande interrogation. J’ai commencé par les livres actuels à cheval avec la science (Jean Staune, Mathieu Ricard, mais aussi un peu tous les courants actuels), je me suis intéressé à différentes traditions notamment au bouddhisme. Puis je suis progressivement remonté dans le temps. L’histoire du questionnement spirituel a un fil rouge, une pelote de laine que j’aime défaire. Aujourd’hui je suis bien fourni en livre du 20e, et je commence à avoir pas mal de choses en 19e, quelques unes en 18e et je commence le 17e

Je crois que vous vous intéressez plus particulièrement au spiritisme. Pouvez-vous nous en dire plus sur le contenu de votre bibliothèque ?

Le spiritisme a en effet une bonne place. Pour trois raisons. D’abord c’est concret et les séances de spiritisme que l’on trouve dans les livres anciens, si elles sont vraies, devraient receler d’informations capitales sur l’au-delà, que l’on doit pouvoir vérifier plus aisément en les relisant un siècle et demi plus tard. Ensuite en termes de questionnement sur la mort on peut difficilement faire mieux. Enfin c’est aussi la pratique du spiritisme dans ma jeunesse qui m’a convaincue que la quête d’une recherche d’une vie après la mort n’était pas vaine.

Sujet moins lourd, j’aime beaucoup les livres sur l’Atlantide. J’ai une belle édition de Bailly.

J’ai aussi dans ma bibliothèque de nombreux livres d’épistémologie sur l’ésotérisme. L’histoire de la magie par exemple.

Il y a bien d’autres choses dans ma bibliothèque, je suis dans une phase ou j’essaie de constituer les classiques des principaux courants. J’ai ainsi fait l’acquisition d’une version du catalogue de Caillet, afin de dénicher ce qui me semble le plus pertinent.

J’évite ce que je ne peux pas lire, par exemple en latin. J’en ai acheté un au début, c’est très joli, ça fait me rêver mais au final je ne peux rien en faire.

Est-ce que votre passion pour l’occulte déborde le domaine des livres ? (objets, voyages, cabinet alchimique secret à la cave ? )

Ma passion déborde surtout dans mes lectures, mais parfois aussi dans mes voyages. Je prends au maximum le temps de visiter les lieux spirituels en France ou à l’étranger.

Je trouve des ponts parfois aussi dans la peinture, un autre domaine que j’affectionne. Comme dans cette œuvre de Jean-Baptiste Bordet (voir la photo), qui représente une vanité. Traditionnellement les vanités sont une allégorie de la mort, du passage du temps, et du caractère vain des activités humaines. Dans la version de Jean-Baptiste Bordet, je trouve qu’on voit bien l’aspect mystérieux et monumental de la mort. A la fois effrayante et d’un esthétisme rassurant. C’est l’inconnu personnifié. On peut aussi voir l’œuvre d’une autre façon: le visage semble rire, rire des actions et interrogations humaines qui ne mènent à rien. Cette œuvre (peinte sur plexiglas, une technique particulièrement exigeante) résume bien je trouve le questionnement sur la mort.

Voici le site de l’artiste pour d’éventuels curieux. http://www.jeanbaptistebordet.com/

Nos domaines de collection alimentent souvent les fantasmes, quelle est la réaction des gens à qui vous présentez votre bibliothèque ? Des anecdotes ?

Je ne parle pas tellement de ma passion. Ce sont des sujets difficiles à faire partager. Ça n’intéresse simplement pas grand monde. C’est un plaisir solitaire où le vertige vous prend quand vous contemplez l’œuvre magistrale réalisée par un homme qui a consacré sa vie, quelques siècle plus tôt, à une cause perdue ou … justifiée.

Personne ne remarque les sujets de mes ouvrages. Aussi parce que j’ai des livres sur d’autres sujets. Une fois quelqu’un m’a demandé pourquoi j’avais un livre en latin dans ma bibliothèque. Je l’ai mis moins en évidence !

Quel rapport entretenez-vous avec la pensée magique ou surnaturelle ?

Je traduirais votre question par l’hypothèse que la pensée soit créatrice sur la matière. Il y a de bonnes études sur les phénomènes psychiques. Il semble clairement y avoir quelque chose d’inconnu par la science aujourd’hui.

Par contre, en lisant les auteurs ésotériques sur ces questions, je trouve qu’on peut rapidement se freiner sur ses propres pensées en croyant trop fortement à la pensée magique ou surnaturelle (voir par exemple les écrits de La Mère et Sri Aurobindo, ou les dérives des théosophes, pour ne citer qu’eux).

Est ce que votre bibliothèque a changé votre regard sur le Monde ?

Je crois que j’ai appris des choses. Dans l’histoire des idées et de l’ésotérisme en particulier, je suis fasciné par le fait que certaines idées disparaissent et réapparaissent. Souvent un homme peut faire la différence. Quand il disparait parfois ses idées disparaissent avec lui, parfois elles lui survivent.

Je suis très intéressé aussi par les croyances et leurs évolutions. L’humain étant le même aujourd’hui qu’il y a quelques siècles, je suis convaincu que l’on baigne dans de nombreuses croyances erronées dans beaucoup de domaines. Je trouve rafraîchissant d’étudier celles du passé, de voir comment elles se répandent pour de bonnes ou de mauvaises raisons. Mais aussi voir comment la croyance peut aveugler le plus grand nombre. Mais au final je crois qu’on tend vers la vérité. C’est cette grande aventure humaine que je contemple avec ma bibliothèque.

S’il devait n’en rester qu’un ?

Je n‘ai pas de livre préféré à proprement parler aujourd’hui. J’en ai plusieurs que j’aime beaucoup, dont une partie se trouve dans la photo de ma bibliothèque ici. Dans l’idéal, j’aimerai avoir un jour des manuscrits des grands esprits durant leurs travaux. Voir de près le cheminement de leur pensée.

Et enfin si votre bibliothèque avait un nom  ?

Ouroboros. Le cycle des connaissances. Naissance, construction, destruction. Les nouvelles idées chassent les anciennes. Les anciennes renaissent. C’est pourquoi aussi j’aime avoir ma bibliothèque qui comporte des ouvrages sur une période temporelle élargie.

Publié le

Au cabinet de curiosités

Comme nous l’avons vu dans les différents portraits de cet été (la série n’est pas encore terminée !) la bibliophilie n’est pas une passion solitaire, souvent elle s’accommode d’autres domaines de collection. Et plus particulièrement de ce qu’on appelle les curiosités.

J’ai créée un nouveau groupe facebook pour discuter du sujet et pour partager vos collections et vos découvertes. N’hésitez pas venir nous rejoindre :

https://www.facebook.com/groups/253583541821262

Collectionneurs de l’insolite, naturalistes passionnés, amateurs de curiosités historiques, techniques géologiques ou ethnologiques, ceci est votre groupe ! N’hésitez pas à partager vos découvertes, des photos de votre cabinet, des questions savantes, vos bons plans ! Une seule règle titiller la curiosité des autres membres !

Publié le

Dans la bibliothèque de….Madeleine

Cette semaine nous traversons la Manche pour entrer dans la bibliothèque de Madeleine, bibliophile de l’occulte, écrivain, amoureuse de la culture française.   Madeleine nous a fait l’amitié de rédiger ses réponses in English et en Français pour une interview bilingue. Comme d’habitude vous pouvez venir en discuter sur la page facebook de la librairie

Madeleine, since when are you interested in ancient and occult books?

J’ai été fasciné par des livres sur l’occulte depuis que j’étais enfant. J’ai grandi en lisant des livres pour enfants sur les loups-garou, les vampires et les fantômes, qui contenaient de nombreuses histoires de sources anciennes telles que Bodin, Sabine Baring-Gould et Montague Summers. Ce sont des auteurs que je collectionne aujourd’hui. En tant qu’adolescente, j’ai découvert Crowley, The Golden Dawn et Le Matin des magiciens.

I have been fascinated with books on the occult since I was a very small child. I grew up reading children’s books on Werewolves, Vampires, and Ghosts which drew many of their stories from antiquarian sources such as Bodin, Sabine Baring-Gould, and Montague Summers. Authors whom I now count among my collection.  In my teens I discovered more explicitly “occult” books and would seek out many of the staples such as books on Crowley, The Golden Dawn, and Le Matin des magiciens.

You are particularly interested in demonology and Satanism, can you tell us more about the contents of your library?

J’adore les travaux sur la démonologie et le satanisme du 19ème siècle. Il y a quelque chose de si opulent et délicieux à propos de la fascination morbide pour le mal et la beauté. Je me spécialise dans la fin de siècle dans mes collections. J’ai plusieurs grimoires dont mes favoris le Dragon Rouge et le Grimoire Du Pape Honorius. Je collectionne aussi de nombreux livres de théologie catholique. J’aime les livres sur l’exorcisme, de sorte que le Grimoire Du Pape Honorius est un livre spécial pour moi.

J’aime aussi les ouvrages de compilation et les dictionnaires occultes publiés au 19ème siècle. J’ai une belle copie de Triple Vocabulaire Infernal avec les plus belles illustrations et j’ai deux éditions de Dictionnaire Infernal. J’ai l’édition 4 volumes 1825 et la rare édition de 1863 qui présente les belles illustrations de Louis Le Breton.

J’apprécie aussi les livres d’érotisme et tout de JK Huysmans, Albert Samain et Remy de Gourmont.

I adore works on demonology and satanism from the 19the century. There is something so opulent and delightful about the morbid fascination with evil and beauty. I specialize in the fin de siecle in my collections. I have several grimoires including my favourites the Dragon Rouge and Grimoire Du Pape Honorius. I also collect many books of Catholic theology especially concerning exorcism so Grimoire Du Pape Honorius holds a special place for me.

I also enjoy the spirit catalogues and occult dictionaries published in the 19th century. I have a beautiful copy of Triple Vocabulaire Infernal with the most gorgeous illustrations and I have two editions of Dictionnaire Infernal, the 4 volume 1825 edition and the larger more sought after 1863 edition which features the lovely illustrations by  Louis Le Breton.

I also enjoy books of erotica and anything by JK Huysmans, Albert Samain,  and Remy de Gourmont.

Besides, I believe you will soon publish on the Abbe Boullan ?

Oui, j’aurai un livre sorti au début de l’année prochaine chez Three Hands Press sur la vie et le travail de l’abbé Boullan. Il sera intitulé Le Catholicisme Noir, jouant un peu sur les mots de Magie Noire. Ce livre sera consacré à la vie et au travail du très abominable abbé Boullan.

 Yes, I will have a book coming out early next year from Three Hands Press on the life and work of Abbe Boullan. It will be titled Le Catholicisime Noire, a bit of a play on words referencing Le Magie Noire. In this book I will be exploring the life and work of the much maligned Abbe Boullan.

Does your passion for the occult go beyond the domain of books? (Objects, travel, movies …?)

Oui. J’aime m’entourer de choses étranges et belles. Je collectionne des éphémères, de l’art, de la taxidermie et des antiquités du monde entier. J’aime vivre dans un «cabinet de curiosités». J’apprécie cette passion du XIXe siècle pour l’histoire naturelle et le mystère et la merveille du monde qui nous entoure. Ma collection d’art comprend des tirages de Félicien Rops, des affiches cinématographiques originales de Jean Rollin et Quelques peintures originales et dessins de thèmes sataniques et érotiques. Je jouis également de films plus anciens, en particulier les œuvres de Jean Rollin. L’un de mes films préférés est le film muet de 1928  La Chute de la maison Usher by Jean Epstein.

Yes indeed. I like to surround myself with strange and beautiful things. I collect ephemera, art, taxidermy and antiques from around the world. I like to live in a huge cabinet of curiosities. I value that 19th century passion for natural history and the mystery and wonder of the world around us.My art collection includes prints from Felicien Rops, original cinematic posters from Jean Rollin, and a few original paintings and drawings of satanic and erotic themes.  I also enjoy older films especially the works of Jean Rollin. One of my favourite films is the 1928 silent film  La Chute de la maison Usher by Jean Epstein.

Our collection areas often feed fantasies, what is the reaction of the people to whom you present your library? Anecdotes?

J’invite très rarement les gens dans ma maison. Je considère qu’il s’agit d’un espace sacré et je n’invite que des personnes qui, je le sais, apprécieront mes trésors. La plupart du temps, nous nous asseyons dans mon salon et je leur prépare une absinthe pour qu’ils réagissent à mes collections variées. C’est pourquoi je rassemble ces livres et ces articles ensemble. Je veux créer un espace magique dans lequel la beauté et l’opulence du monde des rêves peuvent vivre. J’aime me considérer comme un peu de Des Esseintes mélangé avec Mme Chantelouve. Certaines personnes ont exprimé un choc lors de la vision de mes crânes ou des amulettes magiques noires en Thaïlande créées à partir de fragments de restes humains. J’espère que les gens les verront avec le même sentiment d’émerveillement et de joie que moi. Je veux à jamais être entouré de belles choses.

I very rarely invite people into my home. I consider it a sacred space and I only entertain guests who I know will appreciate my treasures. Most of the time when we sit in my parlour and I prepare them an absinthe they react with the same wonder and joy as I do when looking  at my various collections. That is why I gather these books and items together. I want to fashion a magical space in which the beauty and opulence of the dream world can live. I like to think of myself as a bit of a Des Esseintes mixed with mme Chantelouve.  I do suppose I have had some people express some mild shock when faced with some of my skulls or black magic amulets from Thailand fashioned from fragments of human remains. Mostly though people see them with the same sense of wonder and joy as I. That is certainly my intention. I only ever want to be surrounded by beautiful things.

How did your library change your look at the world?

Mon désir de lire et de recueillir des livres en édition originale m’a amené à étudier la langue française. Le français est la plus belle des langues européennes. Je pense que c’est une grâce et une nuance absentes de l’anglais. Cela a certainement changé ma vision du monde. Je crois que lorsque vous prenez le temps et les efforts nécessaires pour apprendre une autre langue, il reforme votre cerveau et comment vous interagissez et traitez le monde et la culture.

My desire to read and collect books which were mostly French in origin led me to study the French language. French is the most beautiful of European languages to my ear. I think it has a grace and nuance that is absent from English which is the modern day Latin – a very utilitarian and functional international language.  This certainly changed my world view. I believe that when you take the time and effort to learn another language it reshapes your brain and how you interact and process the world and culture.

A work of which you would like to describe?

Un livre de ma collection que je voudrais décrire? J’ai une belle édition en cuir de Memoires d’une ex Palladist de Diana Vaughan (Leo Taxil). J’aime le canular du Taxil. Ce livre appartenait à AE Waite, l’occultiste anglais et membre de Golden Dawn. AE Waite a été la première personne à écrire sur le canular du Palladisme en anglais. Cette édition était celle utilisée par Waite et a pris des notes lors de l’écriture de son livre Devil Worship in France.
A work from my collection I would like to describe? I have a lovely quarter leather bound edition of Memoires d’une ex Palladist  by DIana Vaughan (Leo Taxil). I love the Taxil hoax and this particular edition is lovely in that it belonged to AE Waite the English occultist and member of the Golden Dawn who was the first to write a proper debunking of the Palladium hoax. This edition was the one Waite used and took notes in while writing his book Devil Worship in France.

 

Publié le

Dans la bibliothèque de…Baptiste

Nous continuons la série estivale d’entretiens avec les bibliophiles de l’occulte. Cette semaine c’est Baptiste qui vient nous présenter sa passion pour l’alchimie et les livres qui s’y rattachent. Faites chauffer le four et tinter les cornues ! 

Comme d’habitude vous pouvez venir en discuter sur la page facebook de la librairie

 

Baptiste vous accordiez il y a quelques années un entretien au blog du bibliophile pour présenter votre bibliothèque alchimique  tout juste naissante, depuis lors comment votre collection a-t-elle évoluée ?

Cette première interview date de décembre 2011, le temps passe vite (trop vite !). Je commençais tout juste dans la bibliophilie, 6 ans après, à 40 ans, ma collection à, au final, peu évolué : dès le départ j’ai fait le choix de la qualité et de la rareté. Et même si ce n’est pas toujours facile côté budget, j’essaye de m’y tenir.

Je suis toujours spécialisé en alchimie, en revanche  je  m’intéresse de moins en moins à l’occultisme ou la démonologie même si j’ai encore quelques ouvrages dans ces domaines acquis à mes débuts.

J’ai envie de me diversifier tout en gardant une certaine logique dans ma collection, avec des ouvrages de spiritualité, philosophie, métaphysique et même utopie.

 J’ai au final peu de livres mais ils sont rares pour la plupart (du XVI au XXème), et par conséquent assez cher, d’où aussi l’envie de me diversifier. Je privilégie toujours le contenu mais suis de plus en plus  sensible à l’état général de l’ouvrage : le maroquin reste magnifique mais je deviens de plus en plus sensible au vélin (cela fera plaisir à un de vos confrères libraire du Vésinet !).

J’adore aussi acheter des ouvrages en mauvais état et les faire relier quand le contenu m’intéresse et quand j’ai le budget, je le fais beaucoup plus souvent qu’avant : ce n’est pas un choix toujours facile à prendre : acheter un nouvel ouvrage ou en faire restaurer un ? En ce moment j’ai fait le choix de restaurer ! Et pour cela, il m’arrive de temps en temps de vendre quelques ouvrages de mes débuts (chose impensable il y a encore quelques temps) !

Chose toute nouvelle pour moi, j’ai participé à ma 1ère vente aux enchères cette année, celle de la bibliothèque Eric Gruaz. J’aurai bien aimé remporté un petit ouvrage pas cher (pour avoir un souvenir) : j’ai trouvé sa bibliothèque intelligente même si au final il lui manquait des ouvrages majeurs en alchimie ! Mais j’ai mal enchéri et pas toujours sur les bons livres, c’est comme cela que l’on apprend !

Comme je le disais, je recentre ma collection. L’alchimie est aussi et surtout une ascèse, et une voie spirituelle, l’alchimie de soi-même. Alors des ouvrages où il est question de philosophie universelle, d’humanisme, sur la conduite de l’homme au quotidien, tant au sein de la société, que de la famille ou dans sa relation au Divin m’intéresseront toujours.

Est-ce que votre passion pour l’alchimie déborde le domaine des livres ? (objets, voyages, cabinet alchimique secret à la cave ? )

Oui cette passion déborde !!! Je suis tombé dedans tout petit comme Obélix. J’ai fait des stages d’alchimie et de spagyrie. C’est fondamental la pratique pour bien comprendre les textes et inversement, et c’est du concret. J’ai pratiqué la voie des Aigles dont parle Fulcanelli notamment. J’ai encore du matériel à la cave : mon four alchimique et quelques creuset et même encore un peu d’antimoine (stibine) ! Mais aujourd’hui c’est la Voie interne, transcendantale qui m’intéresse. Je reviendrai à la pratique surement à la retraite !

Et j’aime de plus en plus le côté cabinet de curiosités : je possédais déjà un diodon et un œuf d’autruche et j’ai investi dans quelques coquillages dernièrement, je pense que c’est quelque chose dans lequel je vais investir davantage dans les années qui viennent. J’ai donc aussi quelques objets de décoration à caractère alchimique (alambics, bibelot, dessins…) et j’ai participé à des voyages « alchimiques » : l’Egypte restera à jamais gravé dans mon cœur.

Nos domaines de collection alimentent souvent les fantasmes, quelle est la réaction des gens à qui vous présentez votre bibliothèque ? Des anecdotes ?

Pour ceux qui me connaissent bien, cela ne les surprends pas, et mes livres sont à leur disposition dans une petite vitrine (elle commence à être trop petite !). C’est moi qui suis souvent surpris car ils n’osent pas trop y toucher ! Ils trouvent ma vitrine très jolie et intrigante, mais ils manquent de curiosité et l’alchimie ou l’ésotérisme fait encore peur de nos jours…C’est dommage.

Comme beaucoup de collections je pense (peut-être moins pour l’Art et la peinture en particulier), les gens ne comprennent pas le prix de certains ouvrages. C’est souvent la remarque que l’on me fait, « c’est très cher »…Je considère mes livres comme des œuvres d’arts, certains sont digne d’un Van Gogh à mes yeux et sont vraiment rares, mais ils n’atteindront jamais le prix d’un tableau de maître. D’autres n’ont aucune valeur marchande (livre de famille par exemple) mais j’y attache la même valeur.

Une petite anecdote à ce sujet au passage : une amie geek, souhaitait acheter le dernier I phone à la mode dernièrement, je lui ai dit qu’avec son budget je pourrai m’acheter un livre ancien et en faire restaurer un…elle a pris conscience que tout était donc relatif !

Aux Portes Sombres nous nous intéressons peu à l’alchimie (d’autres confrères s’en occupent bien mieux), de l’extérieur c’est une boite bien hermétique dans laquelle il semble difficile de pénétrer. Par où conseilleriez-vous aux lecteurs de commencer ?

 C’est une question difficile…Et je crois que c’est l’alchimie qui m’a choisie, et qui nous choisis. Pour moi ça a commencé jeune avec les ouvrages de Fulcanelli et de Canseliet, et  mes premiers stages spagyriques. Si je devais conseiller les lecteurs je déconseillerai de commencer par les Fulcanelli, mais par des ouvrages plus généraux, plus simple. Et aujourd’hui grâce à internet, l’alchimie se démocratise de plus en plus.

Il faut donc être curieux, aimer lire, et voir cela comme un jeu de piste, il ne faut pas se décourager…

L’Alchimie est un domaine assez particulier dans ésotérisme, elle encourage un incessant aller-retour entre l’esprit et la matière. Entre considérations pré-scientifiques et cheminement initiatique. Si Lavoisier a laissé les cornues aux chimistes, il a permis le développement d’une alchimie spirituelle, plus mystique. Quelle alchimie vous intéresse ?

L’alchimie interne bien sûr, où il est question de se trouver et de se transmuter soi-même, la Pierre philosophale c’est nous en définitive. Comme disent les anciens Maîtres alchimistes : «  la noblesse de l’œuvre requiert la noblesse de l’oeuvrant, si ton âme est d’un rustre, c’est en vain que tu peux prétendre au Magistère ». Et d’ailleurs l’alchimie véritable, ou l’initiation véritable, c’est l’initiation de soi-même par soi-même…et pour reprendre cet incessant aller-retour entre l’esprit et la matière, « il faut que le Corps devienne Esprit et que l’Esprit devienne Corps, c’est la solution de l’Oeuvre. »

De quelle façon votre bibliothèque vous a transmuté ?

Certains soirs ou certaines nuits, lorsque le ciel bavard n’a que moi pour lui raconter ses secrets, j’adore devant un verre de vin (breuvage alchimique par excellence, savoir « transformer l’eau en vin » est une étape majeur dans le processus alchimique justement) prendre un ouvrage d’époque et lire un passage dans mon fauteuil dédié. Au fil des années je me suis aperçu que certaines révélations m’étaient faites ainsi parfois pendant ma lecture, ou pendant mon sommeil.

Un ouvrage dont vous aimeriez nous faire la fiche ? Quel nom donneriez –vous à votre bibliothèque ?

 C’est très difficile, je les considère tous comme mes enfants,  je les aime tous.  J’ai quelques ouvrages de Stanislas de Guaita, c’est toujours émouvant de se dire qu’il a touché, annoté et lu l’un de ses ouvrages. Je possède « Dieu est l’amour le plus pur » d’Eckartshausen avec une note manuscrite de Stanislas de Guaita concernant sa trisaïeule, c’était son livre de chevet !

Si je devais donner un titre à ma collection, je l’appellerai : « bibliothèque d’un mystique moderne » ou « rencontres avec l’insolite ».

 

Publié le

Retrospective : les livres marquants en 2017

L’activité en cette fin de mois de juillet étant au ralenti, c’est l’occasion de voyager dans le passé pour une rétrospective des livres marquants passés dans notre catalogue au cours du premier semestre 2017.

Le jeu ? Le livre que j’ai préféré mois par mois !

Et vous quel est le vôtre ? Venez le dire sur la page facebook de la librairie : https://www.facebook.com/LesPortessombres/

 

 

JANVIER : DELANNE, Les Apparitions matérialisées des vivants et des morts, 1909-1911
DELANNE, Les Apparitions matérialisées des vivants et des morts, Paris, Librairie Spirite Leymarie, 1909-1911
DELANNE, Les Apparitions matérialisées des vivants et des morts, Paris, Librairie Spirite Leymarie, 1909-1911

En très belle condition dans sa percaline éditeur. Le travail alors le plus complet réalisé sur les apparitions.

https://lesportessombres.fr/catalogue/delanne-apparitions-materialisees-vivants-morts-1909-1911

 

 

FEVRIER : Manuale Selectissimarum Benedictionum, Conjurationum, Exorcismorum, Absolutionum, Rituum ad commodiorem usum parochorum, Ex Ducali Campidonensi, Stadler, 1750
Manuale Selectissimarum Benedictionum, Conjurationum, Exorcismorum, Absolutionum, Rituum ad commodiorem usum parochorum, Ex Ducali Campidonensi, Stadler, 1750
Manuale Selectissimarum Benedictionum, Conjurationum, Exorcismorum, Absolutionum, Rituum ad commodiorem usum parochorum, Ex Ducali Campidonensi, Stadler, 1750

Un manuel d’exorcisme certes tardif mais dans une reliure estampée à fermoirs bien jolie.

https://lesportessombres.fr/catalogue/manuale-benedictionum-conjurationum-exorcismorum-stadler-1750

 

 

MARS: COLLIN DE PLANCY, Dictionnaire infernal, Paris, Plon, 1863
COLLIN DE PLANCY, Dictionnaire infernal, Paris, Plon, 1863
COLLIN DE PLANCY, Dictionnaire infernal, Paris, Plon, 1863

Toujours un régal de rentrer un exemplaire de cette édition.

https://lesportessombres.fr/catalogue/collin-de-plancy-dictionnaire-infernal-1863

 

 

AVRIL: P. MONTRESSE, Nouvelle Histoire et extraordinaire d’une fille qui vit encore, du diocèse d’Agen; laquelle a vomi plusieurs horribles animaux acatiques, en vie…Toulouse, Veuve de P. Rey, 1695
P. MONTRESSE, Nouvelle Histoire et extraordinaire d'une fille qui vit encore, du diocèse d'Agen; laquelle a vomi plusieurs horribles animaux acatiques, en vie...Toulouse, Veuve de P. Rey, 1695
P. MONTRESSE, Nouvelle Histoire et extraordinaire d’une fille qui vit encore, du diocèse d’Agen; laquelle a vomi plusieurs horribles animaux acatiques, en vie…Toulouse, Veuve de P. Rey, 1695

Exemplaire passable mais ouvrage rarissime et incongru.

https://lesportessombres.fr/catalogue/montresse-nouvelle-histoire-extraordinaire-dune-fille-1695

 

 

MAI: LEGUE, Urbain Grandier et les Possédées de Loudun, Paris, Librairie d’Art de Ludovic Baschet, 1880
LEGUE, Urbain Grandier et les Possédées de Loudun, Paris, Librairie d'Art de Ludovic Baschet, 1880
LEGUE, Urbain Grandier et les Possédées de Loudun, Paris, Librairie d’Art de Ludovic Baschet, 1880

Passage éclair de ce livre, édition bibliophile 1/25 sur Chine, ex libris Gruaz  enrichi de la très rare thèse de Légué. Vendu sans doute pas assez cher mais il a rejoint un bel ensemble 🙂

https://lesportessombres.fr/catalogue/legue-urbain-grandier-possedees-de-loudun-1880

 

 

JUIN: Trésor du Vieillard des pyramides, véritable science des talismans  avec la Chouette noire + Le Génie du vieillard des pyramides [Lille, Blocquel, vers 1840]

Trésor du Vieillard des pyramides, véritable science des talismans avec la Chouette noire + Le Génie du vieillard des pyramides [Lille, Blocquel, vers 1840]
Trésor du Vieillard des pyramides, véritable science des talismans avec la Chouette noire + Le Génie du vieillard des pyramides [Lille, Blocquel, vers 1840]
Un joli grimoire Blocquel avec les planches en couleurs. Il fallait se dépêcher !

https://lesportessombres.fr/catalogue/tresor-vieillard-de-pyramide-genie-blocquel-1840

 

 

JUILLET : R.P. BROGNOLO, Manuale exorcistarum ac parochorum, hoc est tractatus de curatione ac protectione divina, Lyon, Jean Radisson, 1658
R.P. BROGNOLO, Manuale exorcistarum ac parochorum, hoc est tractatus de curatione ac protectione divina, Lyon, Jean Radisson, 1658
R.P. BROGNOLO, Manuale exorcistarum ac parochorum, hoc est tractatus de curatione ac protectione divina, Lyon, Jean Radisson, 1658

Le plus complet des manuels d’exorcisme au XVIIème siècle, plein vélin in quarto, c’est la star du moment !

https://lesportessombres.fr/catalogue/r-p-brognolo-manuale-exorcistarum-1658

 

 

 

Publié le

Dans la bibliothèque de…Steeve

Au cours de l’été, dans la douce torpeur qu’impose un soleil trop affectueux, je vais vous proposer une série d’entretien avec des bibliophiles de l’occulte, dans leur grande diversité. Collectionner des grimoires de sorcellerie, de démonologie, d’alchimie ce n’est pas tout à fait comme collectionner des éditions Nrf numérotées. Le champ des fantasmes est grand, l’imaginaire tourne à plein régime. Je vous propose de lever un peu le voile de mystère qui entourent ces bibliothèques et ceux qui les composent.

Je remercie Steeve qui a eu l’amitié d’ouvrir cette série d’entretien. Le blog dans sa forme actuelle est peu performant pour la gestion des commentaires, alors je vous propose plutôt de nous retrouver sur  la page facebook de la librairie pour en discuter.

Steeve, depuis quand vous intéressez vous aux livres anciens et occultes ?

Tout d’abord merci de me faire participer à ton blog et félicitations pour Les Portes Sombres toujours riche en trouvailles !

Depuis jeune, peut-être un peu trop jeune. De façon pathologique presque depuis mes 12 ans j’ai commencé à collectionner des ouvrages ayant rapport aux sciences hermétiques, avec mes moyens de jeune collégien j’ai commencé à feuilleter les ouvrages des bibliothèques municipales, faisant des photocopies de façon frénétique des ouvrages que j’affectionnais particulièrement. Mes achats se limitaient à cette époque aux ouvrages d’occasion et à un périple annuel dans une librairie ésotérique de Salon de Provence, où durant l’été je faisais quelques achats, j’y ai fait l’acquisition de mon premier Eliphas Lévi : Dogme et Rituel de Haute Magie. J’ai dû lire 5 fois la préface tentant à chaque lecture de comprendre un peu plus cet ouvrage magistral. Avec difficulté je dois le dire !

J’ai depuis continué à acquérir des ouvrages en nombre, construisant une bibliothèque un peu fourre-tout où les aventures mystérieuses côtoyaient des Eliphas Lévi, Papus & consorts.

Pouvez-vous nous en dire plus sur le contenu de votre bibliothèque ?

Heureusement si je peux dire, aujourd’hui en dépit du nombre, je me concentre sur la qualité. Un homme très sage m’a dit un jour, tu dois te concentrer sur tes achats, quitte à n’acquérir qu’un ouvrage par an, qu’il soit un joyau pour tes rayonnages. J’ai bien sûr fait l’erreur de tout jeune bibliophile, d’acheter des ouvrages dépareillés espérant un jour reconstituer l’ensemble, des livres aux reliures ayant subies les affres des années, voir des siècles ! Bien souvent irrécupérables même si peu courants. J’ai aussi fait l’erreur de revendre des ouvrages qui aujourd’hui me laissent un petit goût de regret mais on ne peut pas tout garder, d’un point de vue physique, les livres prennent une place considérable … et niveau budget… c’est du même niveau !

Je me concentre désormais sur des pièces qui me sont plus personnelles. Les quelques rayonnages qui me sont personnels dans ma collection étalonnent des ouvrages de toutes périodes, jusqu’au 20 ème. Mais ces ouvrages ont tous une histoire, une particularité, une note, un ex libris, un Fulcanelli truffé d’une lettre de cette écriture si poétique à la graphique toute particulière de Canseliet, un autre ouvrage très récent, des plus courant sur Maître Philippe qui à réception recelait un portrait en pied original de Nizier Anthelme. Et puis il y a les moins courant, les difficilement trouvable, qui ne reviennent sur le marché du livre que tous les dix ou vingt ans lorsqu’on a la chance de les voir passer.

Des ouvrages de Maçonnerie « classiques », arborant en première page une tout autre graphie, tout aussi particulière celle d’un grand mage du XIX° siècle.

Je crois qu’un personnage, lui aussi grand collectionneur de l’occulte, attire particulièrement votre attention ?

En effet, là aussi c’est une monomanie, depuis plus de dix ans je travaille sur le personnage, collectionne les lettres, documents manuscrits correspondances.

J’ai commencé à travailler sur le personnage dans le cadre d’un cursus à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes travaillant sur un diplôme portant sur Stanislas de Guaita. Repoussant toujours la rédaction de mon mémoire, trouvant de nouvelles informations inédites, de nouveaux documents, et ayant aussi une vie à côté plutôt chargée, je dois bien me trouver des excuses ! Je n’ai toujours pas fini la rédaction de ce mémoire, mais le matériel est là, la passion toujours vive et le personnage bien connu des bibliophiles, connu également de certains milieux occultistes et initiatiques mérite toute cette attention ! Et bien plus !

C’est une somme, à ma connaissance inégalée de documents, que j’ai la chance d’avoir compilé. Et bien sûr pour revenir au côté bibliophile, des ouvrages sur lesquels il a travaillé, provenant de son incroyable bibliothèque. Il apparaît que Stanislas de Guaita avait, parmi le nombre difficilement imaginable d’ouvrages sur l’occulte et les sciences hermétiques, des ouvrages incomplets. Incomplets de plusieurs pages, j’ai rencontré plusieurs ouvrages de ce type. Le premier qu’il m’a été donné de voir fût «Les Merveilles du ciel et de l’enfer» de Swedenborg. Les ouvrages ont souffert, le brochage d’époque est faible, les tâches et rousseurs sont nombreuses, mais pourtant des notes inédites ornent les marges, les deux volumes sont ornés d’ex libris manuscrits et de tampons du Collectionneur de l’occulte, un témoignage unique. Des pages sont manquantes, pourtant Stanislas de Guaita, a recopié soigneusement, ligne par ligne, sur un exemplaire complet, les passages manquants, il est difficile de savoir combien d’heures de travail de scribe a pu prendre, mais c’est un vibrant témoignage et une preuve de son amour pour les livres. Cet ouvrage a rejoint depuis un autre collectionneur amoureux de Guaita.

Je crois d’ailleurs savoir qu’un événement autour de Guaïta est en préparation ?

Ahaha ! Oui en effet, rien encore n’a été annoncé, rien d’officiel pour le moins, mais pour les lecteurs du Blog et en exclusivité il va y avoir à la rentrée un grand colloque portant sur Stanislas de Guaita, abordant l’occulte, la bibliophilie, les amis de Guaita, l’Ordre Kabbalistique de la Rose Croix etc. le tout avec des spécialistes et des passionnés qui livreront des trésors d’inédits sur l’homme et les cénacles d’occultistes de la belle époque !  Le colloque se déroulera sur Paris le 14 Octobre 2017. Je communiquerai les détails très prochainement car les places seront limitées ! [ndlr: Merci pour le scoop !]

Est-ce que votre passion pour l’occulte déborde le domaine des livres ? (objets, voyages, films…?)

Passion pour l’occulte, mais aussi pour les bizarreries de tous genres, j’ai construit un certain nombre de mes voyages sur ce thème, je recommande d’ailleurs ici si cela m’est permis, le site internet http://www.atlasobscura.com/ qui compile et recense un nombre incroyable de lieux, étonnants, étranges et qui guidera bon nombre d’entre nous sur des chemins pas toujours évidents !

Quelques objets insolites pour combler le maigre espace restant sur les étagères des bibliothèques des bronzes provenant de divers voyages, ce buste de Louis Claude de Saint Martin que j’ai fait faire par un artisan de mes amis en nombre limité que certains lecteurs du blog doivent avoir également. Des Ex Libris encadrés, quelques petits diables à la fleur de l’âge, une partition de musique dont les paroles sont signées, tu ne le devineras jamais, Stanislas de Guaita etc. Juste de quoi déconcentrer les curieux afin qu’ils n’ouvrent pas les livres que je garde jalousement, ou presque !

Nos domaines de collection alimentent souvent les fantasmes, quelle est la réaction des gens à qui vous présentez votre bibliothèque ou votre passion ? Des anecdotes ?

Lors de soirées par exemple, je ne précise le domaine de mes collections, je me contente de dire que je suis dans le livre ancien. On détecte vite s’il est possible d’entrer dans les détails de façon « sérieuse » ou si à l’énoncé des mots occulte, alchimie, Franc Maçonnerie ou sorcellerie, on va nous resservir le « oh mon Dieu c’est passionnant, tata Suzanne tirait les cartes ». J’ai eu trop de discussions ennuyeuses de la sorte pour ne pas m’en tenir désormais éloigné, et on sait rapidement, parfois même sans parler si l’on peut aller plus loin ou si il est préférable de s’arrêter rapidement et se limiter à la collection de livres.

 Deux petites histoires rapidement, la première d’une bêtise noire qui date de mes plus jeunes années, qui m’attriste encore, un ami passe avec une connaissance à lui à mon domicile. Entre 2 bibliothèques j’ai une tenture de Ganesh que j’ai ramené d’un de mes voyages en Inde, la tenture reprend l’iconographie classique, l’éléphant, la souris, le petit carnet, la swastika … Une fois parti, la connaissance s’outre violemment auprès de  mon ami, lui clamant de ne plus jamais l’emmener de la sorte chez quelqu’un affichant des croix gammées dans son bureau … Suite à cet épisode, j’ai installé des rideaux qui lors de visite impromptue se refermaient sur les volumes aux noms évocateurs à faire frissonner grand mère.

Je choisi désormais mes visiteurs plus soigneusement.

La seconde petite anecdote porte sur un livre en particulier. Un collectionneur, qui a travaillé de nombreuses années à la Table d’émeraude à Paris, parcours les volumes de ma bibliothèque, je lui tends un volume recelant une petite curiosité, un Fulcanelli provenant de la bibliothèque de Maurice Garçon portant son ex libris. Et à mon grand étonnement mon ami s’esclaffe et m’annonce : « Mais c’est mon ouvrage ! ». En effet il possédait cet exemplaire il y a des années, et s’en était séparé, l’ouvrage a connu depuis plusieurs rayonnages et à finit chez moi, dans les mains de son ancien propriétaire. C’est aussi ça je crois le côté douloureux de la bibliophilie, on doit parfois se séparer d’ouvrages, qui restent malgré tout un peu quelque part les nôtres, même si depuis ils sont ailleurs.

Quel rapport entretenez-vous avec la pensée magique ?

J’admire ces hommes, ces cherchants de l’occulte, ces écoles initiatiques, qui à travers les âges ont su porter sur leurs épaules des traditions de cœur, faisait fit de querelles de clocher dont le seul but était la transmission. Que ce soit une pensée magique, philosophique ou initiatique, l’important à mon sens est l’anima, l’âme, le souffle qui est porté par chacun, qui nous aide à nous construire chaque jour. Je n’adhère à aucune école magique, mais je passe des heures à essayer d’en décoder les mythes et traditions, avec un plaisir exquis, presque coupable !

Est-ce que votre bibliothèque a changé votre regard sur le monde ?

Avoir la chance de manipuler des ouvrages centenaires, renvoyant à des époques troubles, à des points de repères historiques. Comme cet ouvrage de l’époque révolutionnaire de 1789, ou encore cet ouvrage « De la vocation des magiciens et magiciennes par le ministère des démons» annoté par Guaita de 1723, il est difficile parfois de prendre toute l’ampleur de ce que ce livre a pu traverser, toutes les mains qui sont passées sur lui. Plus qu’un changement de regard, c’est je pense un changement d’échelle, sur le monde, sur la temporalité des événements. C’est un peu comme avec les voyages, l’échelle change, on prend de la distance de la hauteur, et on apprécie plus amplement, généreusement les beautés et joies de chaque jour, plus que de se laisser polluer par les turpitudes qui arrivent parfois.

S’il ne devait n’en rester qu’un ?

Non pas ça… rien que cette idée me tord les boyaux … un … Je vais tricher, je peux ? Je garderais Au seuil du Mystère et les deux premiers volumes du Serpent de la Genèse en EO qui sont bien au chaud sur l’étagère du haut, à l’abri des regards indiscrets !

Et enfin si votre bibliothèque avait un nom ?

J’ai le regret, mais je dois l’avouer même si j’aimerais une bibliothèque rangée au style universitaire … et même si mes aspirations sont toutes autres et que j’espère que dans  le futur je pourrais la renommer … A ce jour je devrais la nommer : Capharnaüm

Publié le

Coup de projecteur : Curiosités scientifiques

ANDRY, De La Génération des vers dans le corps de l'Homme, 1741

Si vous suivez notre catalogue vous savez que le libraire aime bien proposer de temps en temps des références un peu atypiques dans le domaine qui nous occupe. C'est qu'en fait nous composons les livres de la collection Les Portes Sombres comme un cabinet de curiosités, parfois insolite, amusant, macabre, souvent inquiétant.

La Science grignote le Merveilleux, remplaçant le fantasme par la logique.

Les livres que vous trouverez ci-dessous se situent sur cette ligne incertaine entre pensée magique et pensée logique. Références un peu éparpillées dans le catalogue sur laquelle un coup de projecteur était nécessaire !

FIGUIER, Les Mystères de la science, Autrefois - Aujourd'hui, Paris, La librairie illustrée, sd [1893]
FIGUIER, Les Mystères de la science, Autrefois - Aujourd'hui, Paris, La librairie illustrée, sd [1893]
SOUBEIRAN, De La Vipère de son venin et de sa morsure, Paris, Victor Masson, 1855
SOUBEIRAN, De La Vipère de son venin et de sa morsure, Paris, Victor Masson, 1855
PHISALIX, Animaux venimeux et venins, Paris, Masson et Cie, 1922

PHISALIX, Animaux venimeux et venins, Paris, Masson et Cie, 1922

BICHAT, Recherches physiologiques sur la vie et la mort, Paris, Gabon, 1822
BICHAT, Recherches physiologiques sur la vie et la mort, Paris, Gabon, 1822

 

ROUSSY & AMEUILLE, Technique des Autopsies, 1910
ROUSSY & AMEUILLE, Technique des Autopsies, 1910
ANDRY, De La Génération des vers dans le corps de l'Homme, 1741
ANDRY, De La Génération des vers dans le corps de l'Homme, 1741
P. MONTRESSE, Nouvelle Histoire et extraordinaire d'une fille qui vit encore, du diocèse d'Agen; laquelle a vomi plusieurs horribles animaux acatiques, en vie...Toulouse, Veuve de P. Rey, 1695
P. MONTRESSE, Nouvelle Histoire et extraordinaire d'une fille qui vit encore, du diocèse d'Agen; laquelle a vomi plusieurs horribles animaux acatiques, en vie...Toulouse, Veuve de P. Rey, 1695
JOUARD, Des Monstruosités et bizarreries de la nature, Paris, Allut, 1807
JOUARD, Des Monstruosités et bizarreries de la nature, Paris, Allut, 1807
MOREAU DE TOURS, Des Aberrations du sens génésique, 1880
MOREAU DE TOURS, Des Aberrations du sens génésique, 1880
TISSOT, De la Santé des gens de lettres, 1768
TISSOT, De la Santé des gens de lettres, 1768
Publié le

De la forme changeante de la folie

Le 24 avril au matin alors que toute l’attention médiatique était consacrée au premier tour des élections présidentielles, la folie du temps frappait le patrimoine de Rennes-le-château. Laissons l’article du Midi-libre relater l’incident :

Dimanche matin vers 9 h, une jeune femme d’une vingtaine d’années, seule, habillée d’un manteau noir, se présente à l’office de tourisme de Rennes-le-Château pour demander les horaires d’ouverture de l’église. Elle avait, disait-elle, l’intention de la visiter. L’employée du site lui indique les horaires. La visiteuse décide alors de boire un café puis de déambuler dans les ruelles. Vers 11 h 15, elle demande à un restaurateur de se laver les mains. Quelques minutes plus tard, elle réapparaît habillée d’une longue cape blanche, d’un voile sur la tête et d’un masque style vénitien sur le visage.

Devant des touristes surpris, la jeune femme se réfugie dans la grotte dite de la vierge, à proximité de l’église, et téléphone longuement en arabe, puis tranquillement rentre dans l’église, sort une hache, et se met à frapper sur le célèbre bénitier supporté par la représentation d’Asmodée. Elle décapite le fameux diable rouge, lui coupe le bras et pose un coran à ses côtés. Elle a ensuite lacéré le bas-relief de l’autel de Marie-Madeleine devant des visiteurs ébahis.

http://www.midilibre.fr/2017/04/24/rennes-le-chateau-elle-decapite-la-tete-de-la-statue-du-diable-asmodee,1497047.php

Les raisons invoquées par cette djihadiste aux petits pieds : mécréance et idolâtrie !  Ce qui dénote d’abord d’un manque de réflexion théologique sur la représentation de ce Diable qui n’était pas menaçant mais plutôt grimaçant sous le poids du bénitier. Le Diable est soumis par l’eau bénite et donc par le pouvoir de Dieu, je ne vois pas ce que trouverait à redire un théologien musulman.

Mais surtout cet incident m’a fait penser à ce court passage du livre de Regnard Sorcellerie, Magnétisme, morphinisme… en 1887 :

En résumé, comme toutes les formes de l’aliénation, la sorcellerie, ou, pour parler plus scientifiquement, la démonopathie, commence par une série d’hallucinations. On s’étonnera peut être que ces hallucinations fussent les mêmes chez toutes les sorcières. Cela n’a pourtant rien de surprenant; c’est toujours l’actualité qui décide des formes de la folie: autrefois on voyait des diables et des esprits; les fous qu’on enferme aujourd’hui sont souvent persécutés par la physique et rêvent de bobines et d’électro-aimants. Je me souviens d’avoir vu à la Salpétrière, où j’étais interne, une institutrice tellement persécutée par l’électricité statique, que, sachant la porcelaine non conductrice du courant, elle se promenait toute la journée et dormait même coiffée d’une cuvette de toilette. Le processus de la folie est toujours le même; les idées régnantes en changent simplement l’aspect extérieur.

C’est un passage que je citais à chaque fois que j’entendais parler de radiosensibilité…Mais je crains qu’aujourd’hui la folie n’ait pris une teinte verte.